Accueil / Notre village / Il était une fois... / De la société agro-pastorale à l'ère technologie

De la société agro-pastorale à l'ère technologie

partie3

Les forges

Sous l’ancien régime

« Le minerai de Mimizan qui alimente depuis longtemps les belles fonderies de Pontens et d’Uza… On en retire une espèce de minerai très riche, mais le fer qui en provient est aigre et cassant. Cependant, on corrige ce défaut essentiel par une castine de meilleure qualité, la pierre coquillière de Sabres ».Ce propos de l’abbé Dorgan en1846doit être tempéré, le sous-sol n’est pas très riche en minerai de qualité… Mais nos « mines » de fer (des trous dans la plaine), jalonnent le paysage.

La gendarmerie

Sa présence donne à Pontenx prestige, sécurité et avantage stratégique. La commune construira deux casernes. La première est installée dans les anciennes écoles, au château en1883,mais nos cinq gendarmes craignent qu’elle s’effondre malgré l’avis de l’agent-voyer qui « estime que les lézardes existantes ne sont pas de nature à mettre en danger immédiatement la vie des gendarmes qui y habitent »… Finalement, le maire offre le terrain et les gendarmes emménagent en1 910, là où on peut encore voir la «nouvelle» gendarmerie sur la route de Labouheyre.

La poste

Jusqu’à la fin de l’ancien régime, les messageries royales déposent les lettres dans les grandes villes, pour nous c’est Bordeaux, il ne reste plus qu’à trouver un messager apte à parcourir le chemin dePontenxà Bordeaux pour y porter ou aller chercher la lettre.

L'enseignement

« Les occupations de vos parents ne leur permettent pas de vous instruire eux-mêmes, votre instituteur les remplace et vous élève avec une patience et un dévouement infatigable(Leçon de morale en 1900). Envoyer les enfants à l’école, c’est enlever des bras à la terre et comme le dit Rousseau,« le pauvre n’a pas besoin d’éducation» .Ces deux principes expliquent la difficulté à instaurer l’éducation dans notre commune essentiellement agricole.

Plan du site

haut de page